2057, Owag fête ses 40 ans

auteur Alex [ OWAG ]

Rencontre exclusive avec Virginie et Alexandra du blog OWAG qui fête ses 40 ans d’existence, 40 années de fidélité aux escape games bien que ce dernier divertissement soit devenu vintage, voire ringard pour certains. En effet, la VR ultra immersive grâce à la technologie ultra-mega-HD et la 5D a largement remplacé les escape games depuis plus de 20 ans. Pourtant les blogueuses d’OWAG continuent de courir le monde pour 60 minutes de bonheur.

Mag-games : Si ce n’est pas indiscret quel age avez vous maintenant ?

Alexandra : 30 ans bien sûr ! Je n’ai jamais cessé de fêter mon 30ème anniversaire.

Virginie : L’âge de ta grand-mère mon petit !

Mag-games : Votre blog a beaucoup évolué en 40 ans, pourtant vous continuez de poster des gif animés ! Je les croyais disparus totalement du paysage digitale, comment faites-vous ?

Virginie : Disparus vraiment ? Internet n’oublie jamais !

Alexandra : Plus sérieusement, oui vous ne trouverez pas de gif, ni de giphy. Cette plateforme a été interdite par les autorités il y a 15 ans si ma mémoire ne me trompe pas. Mais avec un VPN et TOR et je vous trouve de bons gifs. Sur la framasphere vous trouverez quelques bonnes adresses.

Mag-games : Votre expérience est impressionnante, combien d’escape games avez-vous joué ?

Virginie : Vous savez on ne compte plus depuis…

Alexandra : 8043.

Virginie : Soit, disons que les deux premières années on en faisait très peu, juste 2 ou 3 par semaine. Mais depuis la retraite on peut en jouer 3 par jour.

Mag-games :  8000 ! Quel est votre meilleur souvenir ?

Virginie : Je crois que les meilleurs, même 40 ans après, sont toujours les jeux de la Lock Academy. Ils ont su renouveler leurs scénarios malgré la mort du professeur Lock.

Alexandra : Paix à son âme. Sinon One hour sont toujours aussi bons, mais on a arrété de les jouer. On a trop peur que nos pacemaker lâchent en plein jump scare.

Virginie : Oh et oui ! Epsilon ! On est tellement heureuses, ils viennent enfin de sortir leur 3ème salle. Quel escape game !

Mag-games :  Et d’après votre blog, j’ai l’impression que vous allez souvent au Canada ? 

Alexandra : Le Quebec me manque terriblement. On profite de la sortie des nouvelles salles de Codex pour retourner à Montréal. D’ailleurs Laval est devenu officiellement la nouvelle capitale des ‘jeux d’évasion’ comme on dit là-bas. Il y a en moyenne un escape game par habitant. Cette ville qui n’avait que peu de vie en 2015 est à présent folle. C’est le Las Vegas des jeux d’évasion.

Virginie : Et puis ça se relie bien maintenant en 2 heures (le temps de deux escapes) grâce au tunnel sous l’Atlantique on retrouve tous nos amis québécois.

Mag-games : Une rumeur court que vous n avez jamais joué la Red Room alors que vous êtes allées au Japon plusieurs fois…

Virginie : Sujet qui fâche !

Alexandra : (rire) Oui, il y a 39 ans Rémi nous avait spolié l’élément le plus wahou et on a peur d’être déçues. De toute manière nous avons rencontré ce fameux mécanisme dans des centaines escape games ces dernières décennies. Un espoir vain de concurrencer la VR je pense.

40 ans après, toujours aussi jeunes !

Mag-games : Quel a été votre parcours depuis 40 ans ? Un parcours ludique ?

Alexandra : Plus ou moins. J’ai été maître du jeu quelques années. Malheureusement ce magnifique métier a totalement disparu depuis l’avènement de l’intelligence artificielle.

Virginie : Ironique non ? Nous avons sauvé le monde des intelligences artificielles au moins 860 fois durant nos parties d’escape games (parfois même depuis des cabanes dans des bois). Et les enseignes elles-mêmes ont adoptés ces smart-bots pour masteriser leurs jeux. Ils permettent de modeler le niveau de la salle avec précision en fonction du groupe de joueurs et de donner les indices les plus pertinents en accord avec les différentes logiques qui composent l’équipe de joueurs. Fou ! Ils peuvent animer 50 escape games en même temps, sans erreur. Hé oui l’humain a disparu même dans des salles 100% cadenas!

Mag-games :  Et maintenant, vous avez proposé votre expérience à un laboratoire qui lutte contre la sénilité ?

Alexandra : Oui, pour nous, un des moyens de lutter contre la dégradation du cerveau est de l’utiliser ! Les escape games permettent à tous de stimuler les neurones tout en s’amusant, et il n’y a pas d’âge pour ça. On a conçu quelques scénarios seniors dont notre best seller « détricotons la vieillesse sans tabou ».

Mag-games :  Où trouvez-vous le temps de faire tout ça ?

Virginie : Disons qu’on commence à ralentir le rythme. Les escape games sont assez difficiles à jouer. On a du mal à se baisser pour fouiller, retirer les tiroirs. Alexandra voit de moins en moins bien. Et entre nous, elle commence à inverser de plus en plus les mots entre eux. Nous avons beaucoup de mal à communiquer. Je pense que l’année prochaine nous allons être moins actives.

Mag-games : Je ne doute pas que vous trouverez une nouvelle idée pour rafraîchir comme à votre habitude votre blog ! Merci à Alexandra et Virginie qui nous ont accordé un peu de leur temps avant le souper. Et demain retrouvez deux interviews:  Les potes d’échappement qui ont inventé un concept unique : l’escape game minimaliste et la jeune team des Terminators qui vient tout juste de terminer son premier jeu !

Les derniers articles d'Escapedia