Esacep Game La pièce Paris
ENSEIGNE D'ESCAPE GAME

La Pièce

date du test 3 rue de Metz , paris

3 à 5
joueurs par jeu
25€ à 30 €
/ personne selon les jeux
2
scénarios proposés

auteur Virginie [ OWAG ]

La Pièce fait partie des premières enseignes d’escape game parisiennes. Ouverte en septembre 2014, elle compte la célèbre « Il était une pièce » (sur le thème d’Alice au Pays des Merveilles, cette salle est aujourd’hui proposée en V2) et la non-moins célèbre « L’Odyssée de la Pièce ».

Cet été 2019, l’enseigne propose un escape game en extérieur à Paris : « A la recherche de l’Élixir de longue vie », ainsi que l’escape game « La cabine du temps retrouvé » à Cabourg.

Elle a également hébergé l’escape game éphémère « Libérez Emilie » d’Alexis Moroz.

Côté accueil, entre le blanc immaculé des rêves et la végétation des explorations, vous aurez l’occasion de boire une boisson offerte, et même un café, pendant le brief.

Notons également, le travail fait au niveau de son site internet qui est déjà un petit voyage onirique en soi.

Chloé Blondel et Faustine Mestre ont eu la gentillesse de répondre à nos petites questions de présentation, voici :

 

Qui est derrière La Pièce ? Pourriez-vous présenter l’équipe et sa naissance ?

L’équipe est composée de Chloé la créatrice de La Pièce, Faustine la responsable technique et communication, Charlotte chargée de projets et Lise, Joy, Amandine, Juliette nos supers Game Masters !

La Pièce a été lancée en 2014, suite à un voyage de Chloé à Londres. Passionnée de jeux, elle a découvert l’escape game grandeur nature et a décidé de se lancer dans cette aventure ludique en amenant le concept en France, où ce genre de jeu n’existait pas encore.

 

 accueil escape game la PIECE PARIS

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce concept de jeu ?

C’est une activité où le joueur est actif. Contrairement aux loisirs habituels comme le cinéma, le théâtre ou les concerts, dans une escape room les joueurs peuvent toucher à tout, déclencher eux-mêmes les mécanismes, avancer dans le jeu ensemble en collaborant, etc. C’est un lieu qui leur est uniquement dédié pendant 1h et c’est ce qui nous a vraiment attiré.

 

Avez vous joué beaucoup d’escape game ?

J’en ai beaucoup fait en ligne dans un premier temps, ce qu’on appelait alors les jeux “point and click” sur lesquels je pouvais passer des heures bloquée sur une énigme. Le fait de “rentrer” dans ce type de jeu pour la première fois à Londres en 2013 a été une expérience fascinante puisqu’on vit en réel ce à quoi on a toujours joué.

Depuis, le concept s’étant popularisé, j’ai eu l’occasion de tester une vingtaine de salles et avec l’équipe de La Pièce, nous essayons le plus régulièrement possible d’aller tester d’autres enseignes. C’est une sortie ludique bien évidemment, mais cela nous permet aussi de nous tenir au courant de ce qui se fait ailleurs et par la suite, de conseiller à nos joueurs les salles que nous avons appréciées.

 

Pour la conception de vos salles, qu’est ce qui est fait maison ? Faites-vous appel à des entreprises extérieures ?

La création d’une salle de jeu est un mécanisme assez complexe qui fait intervenir de nombreux corps de métier. Il s’agit tout d’abord d’écrire un scénario, puis d’en créer les décors et les mécanismes, et enfin d’y ajouter tous les détails qui garantissent une immersion de qualité : ambiance sonore, ambiance lumineuse, etc.

Toutes ces étapes requièrent donc souvent de faire appel à des sociétés ou à des personnes extérieures, même si nous gérons aussi beaucoup de choses en interne. Par exemple, pour nos salles “Il était une pièce” et “L’Odyssée de la pièce”, nous avons fait appel au même auteur, Fibre Tigre, mais à des équipes de décorateurs différents.

En interne, nous gérons parfois la création d’énigmes et de scénarios (comme notre salle “La cabine du temps retrouvé” à Cabourg et notre jeu de piste “ A la recherche de l’élixir de longue vie”). Cela ne nous empêche pas de travailler avec des auteurs indépendants sur d’autres projets : ça permet d’apporter un nouveau point de vue sur les énigmes et le jeu.

Et ensuite, il faut savoir que nos scénarios “vivent” beaucoup. Nous prenons très à cœur les suggestions de nos joueurs et nous essayons de faire évoluer nos salles en fonction. Tout comme les suggestions des personnes de l’équipe. Ce qui fait que nous modifions régulièrement les énigmes de nos salles. Dans ce cas, nous gérons tout en interne.

 

 

Pour nos 2 premières salles, c’est Fibre Tigre qui a créé les scénarios. Sur la 3e salle sur laquelle nous travaillons actuellement, nous avons fait appel à la scénariste Julie-Anna Grignon. Nous travaillons également régulièrement avec Ben Renaut, spécialiste en écriture et organisation de jeux grandeur nature.

Nos équipes de décorateurs changent souvent, car c’est compliqué de trouver de bons décorateurs disponibles au moment où nous avons besoin d’eux ! Sur la toute première salle nous avons travaillé avec plein de différents artistes et artisans pour la décoration, chacun travaillant sur un petit élément. Nous avons fait créer par exemple toute une machine à engrenages par 2 jeunes artisans spécialisés dans le travail du bois : Ateliers Seewhy. Sur notre 2e salle qui emmène les joueurs sur une nouvelle planète, nous avons travaillé avec 3 décorateurs indépendants qui avaient l’habitude de travailler ensemble sur des décors de cinéma, sous la houlette d’Aurélien Cheval.

Pour 2 projets très différents (un escape game container à Cabourg et une roulotte de jeu pour une opération publicitaire), nous avons travaillé avec l’atelier Artech Deco, spécialisés dans la création de décors originaux. Et sur notre dernier projet, un deuxième escape game container, nous avons travaillé avec les Ateliers InSitu.

En parallèle, nous faisons beaucoup appel à de nombreux petits artisans pour travailler sur des éléments qui peuvent paraître anecdotiques, mais qui, pour nous, font toute la différence en terme d’immersion. Par exemple, dans notre 1ere salle, tous nos indices sont gravés sur des petites plaques en bois dans un petit atelier parisien, l’Atelier des amis. Nous avons également fait faire toutes nos ambiances musicales par un compositeur spécialisé : Adrien Larouzée.

 

Comment avez-vous choisi les thématiques de vos salles ? 

Pour la première salle, le concept n’étant pas encore connu en France, il fallait choisir un thème connu de tous qui puisse faire rêver les joueurs et dans lequel il ne soit pas étonnant de trouver des énigmes et des objets mystérieux. Tout naturellement, c’est le thème d’Alice au pays des merveilles qui s’est imposé. Petit détail technique : il fallait également un thème libre de droit pour éviter tout problème 🙂

Pour notre 2e salle, c’est ma passion pour l’espace et la science-fiction qui a mené à la création de “L’Odyssée”. Je voulais vraiment offrir aux joueurs la sensation d’être sur une autre planète pendant 60 minutes. Pour la petite anecdote, la salle est truffée de références cinématographiques et autres. C’est notre “méta jeu” !

 

Côté immersion, La Pièce est-elle un concept qui lie les salles ? 

C’est justement un point sur lequel nous travaillons actuellement pour que les joueurs vivent une aventure dès qu’ils passent notre porte. Le concept devrait être révélé dans quelques semaines…

 

Quels sont vos choix pour orienter le game mastering ?

L’immersion de nos salles est très importante pour nous. Nous avons deux systèmes de game mastering dans les deux salles complètement différents au vu des thèmes, et dans les deux nous avons fait en sorte que les joueurs oublient le game master.

Il fallait donc trouver des systèmes qui puissent s’intégrer parfaitement aux décors et aux histoires, et c’est souvent ce que nos joueurs remarquent lors du débrief de fin.

La formation des game masters est également très importante et nous avons la chance d’avoir une équipe présente depuis plusieurs années. Chacune des game masters est très attachée aux salles et elles ont su apporter leur touche personnelle sur beaucoup d’éléments de jeu.

Le point le plus important dans le game mastering d’une salle c’est de savoir anticiper et surtout de s’adapter à chaque équipe. Le but est d’aider les joueurs de façon discrète pour ne pas qu’ils “subissent” la salle s’ils sont en difficulté. Et toujours être à l’écoute en brief et débrief.

 

casse tête et clé sur table Escape game La PIECE PARIS

 

En ce qui concerne le tryptique fouille-manipulation-réflexion, comment avez-vous travaillé vos salles ?

Nos deux salles sont complètement différentes, et la troisième salle dont l’ouverture est prévue pour fin septembre encore plus, donc chacune a sa spécificité.
“Il était une Pièce” est connue pour ses multiples cachettes et ses énigmes originales, qui au contraire des salles classiques ne sont pas linéaires !

Dans “L’Odyssée de la Pièce”, vous devez réussir une mission en incarnant des spationautes. Il y a moins de fouille que dans notre première salle et plus d’analyse et d’observation. Il faut donc être assez méthodique et Fibre Tigre, le scénariste, a fait en sorte que la résolution des énigmes ait un vrai sens avec l’histoire que vous allez vivre. Il y a aussi de la manipulation toujours logique et en rapport avec le thème de notre salle pour accentuer l’immersion !

 

Quel est le petit plus de votre enseigne ?

Je pense que le petit plus de notre enseigne est la proximité avec nos joueurs, on reste souvent très à l’écoute de leur avis lors des débriefs, un joueur content est notre priorité ! Nous pouvons par exemple faire évoluer des énigmes en fonction des retours.
Et aussi notre côté débrouille et “fait maison”, on est une petite équipe, chacune d’entre nous est complètement multi-tâches !

Enfin, depuis le début, nous avons mis un point d’honneur à travailler sur les détails et sur la cohérence des énigmes avec le thème. Ça prend beaucoup de temps et ça peut coûter cher, mais nous voulons offrir une expérience très qualitative à nos joueurs. Dans notre salle “Il était une pièce” qui plonge les joueurs dans l’Angleterre du 19e siècle, il était inconcevable pour nous de mettre des éléments papiers plastifiés. Vu les manipulations qu’ils subissent à longueur de temps, la plastification avait une vraie logique, mais cela n’avait pas de sens d’intégrer un élément en plastique dans un univers du siècle dernier. Nous avons donc créé des parchemins, qui s’abîment certes plus et qui doivent être changés régulièrement, mais qui permettent une immersion intéressante pour les joueurs.

 

Auriez vous une anecdote drôle sur l’une de vos salles ? 

On a des milliers d’anecdotes c’est dur de choisir !

Concernant la construction de notre 2e salle, en retravaillant le sol de notre “planète”, nous sommes tombés sur une trappe scellée. Après réflexion, nous avons décidé de ne pas y toucher, car l’équipe de décoration pensait (certainement à juste titre) que c’était un accès aux égouts. Mais le mystère reste entier sur ce que cette trappe cache…

Et concernant les joueurs, l’anecdote la plus touchante a été une demande en mariage pendant le jeu ! Le futur marié est venu nous voir pour savoir s’il pouvait cacher la bague de sa fiancée dans l’une de nos énigmes. Au moment où elle l’a trouvé et où il lui a fait la demande, nous avons versé notre larme derrière les écrans 🙂 Le plus drôle c’est qu’elle a dit oui très vite pour pouvoir continuer à résoudre les énigmes et gagner !

Pour encore plus d’informations, nous vous invitons à aller faire un tour sur le site de La Pièce

Les escape games de La pièce