ONE HOUR ESCAPE GAME PARIS
ENSEIGNE D'ESCAPE GAME

One Hour Charonne

date du test 24 Rue Emile Lepeu, Paris

2 à 5
joueurs par jeu
20€ à 50 €
/ personne selon les jeux
2
scénarios proposés

auteur Virginie [ OWAG ]

On ne sait pas ce qu’on aime le plus chez One Hour: la qualité de leurs salles? L’humour de leur communication ? Leur passion communicative ? Bref, après le terrible Lost Asylum et l’hilarant Very Bad Night, One Hour revient en force avec L’Abattoir !

François, l’un des fondateurs de One Hour, a répondu à nos questions pour présenter l’enseigne.

 

Qui est derrière One Hour? Pourrais-tu nous présenter l’équipe et nous expliquer comment vous est venue l’envie de créer un escape game ?

One Hour c’est la réunion de François, Etienne et Arthur. Le projet est né en 2015 quand on cherchait un nouveau projet dans notre vie. On a commencé à joué à quelques Escape Game en 2014 (à l’époque il n’y avait pas grand chose… et on attendait les prochaines sorties avec impatience !). James Murdoch, X-Dimension, Prizoners… Jusqu’au jour où on a testé la dernière salle qui cartonnait : Le braquage à la française de The Game. Ce jour là on s’est dit « et pourquoi pas nous ? ».

Cette salle était révolutionnaire à l’époque, il n’était plus question de résoudre simplement des énigmes sans grande logique, The Game avait incorporé un réel scénario, des rebondissements, des surprises, on se croyait vraiment dans un film, l’accueil des Max était également parfait et la réalisation de ce type de salle nous semblait à notre portée.

On a donc commencé ce jour là à réfléchir plus sérieusement au projet, et à réfléchir à notre valeur ajoutée.

Au début on était parti sur The Quest, The Great Escape, Room 404, on allait presque validé Echap et on est finalement parti sur One Hour  !

 

Et combien avez vous joué d’escape games ?

Nous avons fait environ une centaine d’Escape Game, principalement à Paris qui compte une diversité incroyable de jeu, mais aussi à droite à gauche suivant les voyages de chacun en France et à l’étranger, au Canada, Hongrie, Russie… On essaie toujours de faire un maximum d’Escape Game, même si on manque cruellement de temps.

 

Pour la conception de vos salles, est ce que c’est fait maison ou faites vous appel à des entreprises extérieures ?

Nous avons entièrement créé nos deux premières salles Lost Asylum et Very Bad Night en interne.

L’électronique est réalisé en interne aussi, on souhaite au maximum rester indépendant et maîtriser les technologies qu’on utilise.

Arthur intervient au niveau du gamedesign, il travaille également en indépendant, il s’est d’ailleurs associé avec Ania de Team Time pour monter InGame Design, et créent de superbes salles partout en France.

Pour notre nouveau local nous avons fait appel à Yohann et Greg de Dante Audiovisuel pour la déco, ils ont fait un travail fantastique dans notre dernière salle l’Abattoir. Ils se sont d’ailleurs occupés de notre dernier scénario Yakuza et vont bientôt attaquer notre 5ème scénario.

 

ONE HOUR ENSEIGNE escape game conception ELECTRONIQUE

 

 

Comment avez vous choisi les thématiques de vos salles ? 

Nous réfléchissons avant tout à des nouvelles situations que nous souhaitons apporter pour chaque salle. L’immersion et la mise en scène est au cœur de notre réflexion. Les énigmes sont très secondaires, même si nous les travaillons bien entendu au max.

Lost Asylum a été créé à une époque où l’Escape Game horreur était très peu représenté. Nous souhaitions mettre le joueur dans une situation qui le couperait dans sa réflexion, le ferait réfléchir sur sa condition de joueur, créer le doute. L’ambiance de la deuxième saison d’American Horror Story (Asylum) a été notre principale inspiration.

Pour Very Bad Night c’est tout le contraire, on a voulu faire l’inverse et changer des scénarios classiques de fin du monde, de zombie. L’idée était de créer un escape game où on se prendrait pas la tête, où le game master servirait autant de DJ que d’ambianceur avec plein de possibilités inhabituelles. Le scénario était également au cœur de la réflexion, habituellement il est très secondaire et prétexte à ouvrir des coffres et résoudre des énigmes. Ici il faut vraiment s’intéresser à ce qui s’est passé dans cette nuit d’ivresse pour avancer dans le jeu.

On voulait repartir dans l’horreur avec l’Abattoir, mais sans vouloir rester sur la même tonalité que Lost Asylum. Les mécanismes de jeu dans cette salle sont très différents et la réflexion a été énorme pour offrir une expérience différence à chaque équipe. On voulait faire vivre aux équipes l’ambiance d’un Slasher movie, changer les codes, créer des énigmes réalistes et plutôt simples et un seul intérêt : s’enfuir d’une personne et non d’un endroit.

L’inspiration de notre dernier scénario Yakuza vient de film noir policier, mais aussi de jeux de société comme Sherlock Holmes détective conseil. L’idée ici est de sortir de l’idée de résoudre une énigme mais de résoudre une enquête dans sa globalité. Le joueur sera amené à faire des choix et à se poser des questions pour avancer dans la résolution de l’enquête.

 

Votre game mastering est très original et apprécié, pourrais-tu nous en parler ?

Nous accordons une part essentielle à l’immersion, la gestion du temps et à la difficulté de nos salles.

L’idée est de faire oublier au joueur qu’il est dans un escape game et ça passe par une réflexion du gamedesign dès la création de la salle et bien entendu à une gestion parfaite du gamemaster.

Nous estimons qu’un joueur qui a une centaine d’Escape Game doit autant s’amuser et en profiter qu’une équipe de néophytes. Nos différents jeux ont donc un niveau de difficulté qui s’ajuste en direct. L’équipe performante aura peut être des étapes en plus dans la résolution d’énigme là où les débutants auront plus de fluidité. Aucune partie ne se ressemble ! Le maître mot pour chaque équipe est « on s’adapte ! »

 

Côté fouille, manipulation, réflexion, à quoi accordez-vous de l’importance ?

Qu’importe, tout dépendra du thème, de ce qu’on veut faire passer. La variété est essentielle.

Au delà de ces trois aspects, ce qu’il y a de plus important, c’est d’apporter une originalité, une identité à chacune de nos salles qui prendra le dessus sur tout le reste.

 

Si on vous demandait quel est le petit plus de votre enseigne et un anecdote sur l’une de vos salles ? 

Le petit plus de notre enseigne est l’interaction entre les joueurs et le game master, que ce soit dans le rire ou la peur !

Pour les anecdotes, il y en a plein, mais difficile de les raconter sans spoiler !

En voilà tout de même une : nous proposons une option de personnalisation pour la salle Very Bad Night, qui permet de surprendre un des joueurs pour une occasion spéciale (EVG, EVJF, anniversaire…). Cette option inclue la personnalisation de certaines énigmes et de l’ambiance, ainsi qu’un gâteau préparé le jour même par un pâtissier. Lors d’une session, le game master qui gérait la partie s’est rendu compte qu’il y avait une erreur dans notre fichier de customisations, et que la personnalisation n’avait pas été mise en place pour la partie en cours. Pour rattraper le coup, il est entré dans la salle déguisé de manière ridicule avec le gâteau en chantant « joyeux anniversaire ». Les joueurs l’ont accompagné dans sa chanson sans trop comprendre pourquoi, puisque la personnalisation n’était pas prévue pour cette session mais pour celle d’après ! Le game master ne s’en est rendu compte qu’après la partie en discutant avec ses joueurs. L’avantage est que nos game master ont tellement l’habitude d’intervenir dans le jeu que c’était presque naturel pour les joueurs, mais le game master s’est bien fait clasher pendant quelques jours (on ne dira pas son prénom, mais ça commence par « Jo » et ça fini par « ël »).

Sinon on a aussi eu un pipi dans la salle, mais c’est trop douloureux pour que je puisse en parler.

 

ONE HOUR ENSEIGNE escape game conception ELECTRONIQUE 2

 

 

Aurais-tu des changements ou des nouveautés à nous annoncer pour 2019 ?

Oui, beaucoup ! On finalise Yakuza, il nous reste encore pas mal de mécanismes à finaliser mais la déco est finie, on devrait bientôt s’en sortir. On enchaînera directement sur le 5ème scénario de One Hour, sûrement le plus original qu’on ait eu jusqu’à maintenant !

En parallèle, on est en train de remettre un coup de neuf à nos deux premières salles : nouveaux mécanismes, électronique, et améliorations de la déco.

 

Pour encore plus d’informations, nous vous invitons à aller faire un tour sur le site de One Hour
et à découvrir nos chroniques ci-dessous et ici

 

 

Les escape games de One Hour Charonne