Escape game [Enterré vivant !] de la licence [Destination Danger] à Paris
Destination Danger Voltaire

Enterré vivant

date du test mai 2019 | auteur Alex [ OWAG ]

13.5
2
joueurs
35
/ personne
Expert
Niveau

Il faut toujours avoir un petit problème pour aller s’enterrer vivant de manière totalement volontaire sachant que peu de monde personne n’en ressort.

Destination Danger soigne sa réputation d’escape games originaux, quasi impossibles et un brin bordelines. Qu’on aime ou qu’on déteste, cette enseigne d’escape game joue avec les limites du concept, gnak gnak !

 

Difficile de juger la génération de cet escape game

Si l’on considère le contexte, c’est-à-dire un cercueil, la position allongée – obligatoire pour le joueur – et le fait qu’il n’y aura aucun mécanisme d’ouverture (même pas un cadenas ; je pense qu’ils sont tous dans Objectif Mars), il ne faut pas s’attendre à des énigmes particulièrement originales et interactives.

Les puzzles à résoudre m’évoquent les énigmes qui se trouvent généralement dans des livres. Les pages du livre étant, dans ce contexte d’escape game, les planches de bois du cercueil. Il s’agit de logique pure : le joueur devra réussir à assembler les bons éléments ensemble pour comprendre le fonctionnement de l’énigme.

La communication est certainement ce qui est le plus challengée dans ce jeu. Chaque partenaire se trouve dans son cercueil et il faudra partager un maximum d’informations, d’une boîte à l’autre. Les joueurs passeront beaucoup de temps à décrire ce qu’ils ont sous les yeux, sous la terre. Et ce, pendant une heure. Je vous laisse imaginer le temps qui passe.

Ni mécanisme, ni cadenas, ni sortie.

Pas d’ouverture donc. Aucune découverte de salles, ni de décor excentrique et magique. Il s’agit là du concept même de l’escape game Enterré vivant. Je ne le remets donc pas une seconde en question, je suis venue pour ce concept et je l’ai eu. Par contre, je regrette que Destination Danger n’ait pas trouvé une idée originale qui permette de rendre l’expérience enrichissante malgré la contrainte de ce concept.

Je ne garderai donc que le souvenir des planches de bois, du sol mou et du petit ventilateur… que nous n’avons jamais utilisé. Le bruit des palmes fouettant cet air si précieux couvrira la moindre parole de votre partenaire.  Il faut donc choisir entre communiquer et étouffer de chaud ou bien profiter d’une sieste durant une heure au frais.

Je l’attendais avec impatience pourtant…

Cet escape game est véritablement attirant sur le papier. S’enfermer dans un cercueil est une action intrigante et peut-être excitante pour les plus masos. Pour moi, c’était le goût du défi et de la « revanche ». J’ai, dans le passé, vécu un moment de panique dans un monte charge beaucoup plus grand que ce cercueil. J’ai donc appréhendé jusqu’à la dernière minute ma capacité à tenir là-dedans. Et relever des défis c’est excitant.

Mais, en réalité, la présence du jeu et de ces énigmes presque drôles sur les planches ne risquaient pas de déclencher une seule seconde de panique chez moi. J’ai simplement eu vraiment chaud.

Néanmoins, Destination Danger a le mérite d’avoir créé une belle mise-en-scène pour la mise sous terre, un peu violente, et c’est appréciable parce que oui, je me suis véritablement demandée : « putain mais il fait quoi là?? ».

Malheureusement, durant notre session, le game master n’a pas su transmettre l’essence de la salle que ce soit durant le briefing de départ ou l’explication de fin des énigmes. « Ok ben on va y aller… » C’est dommage, là où Fred le gérant peut parfois mettre beaucoup d’énergie et de passion dans ses briefs et débriefs, son maître du jeu était moins vivant.

Si le concept est vraiment super, j’ai de fortes réserves concernant l’ensemble de ce jeu. Le prix des places est élevé (35 euros par personne) pour simplement être allongé dans une petite caisse, à résoudre de simples énigmes peintes sur le bois et avec aucune intervention du game mastering.

 

Découvrez davantage Destination Danger Voltaire

Lien vers interview concepteurs d escape games