PRIZONERS paris escape game COPY CARBON ENTETE article
Prizoners

Carbon Copy

date du test Mai 2019 | auteur Virginie [ OWAG ]

15.75
3 à 5
joueurs
20 à 33
/ personne
Difficile
Niveau

L’heure est grave les amis. Je dois vous annoncer que dans quelques dizaines d’années, tout aura disparu, dévasté par un virus. Il n’y aura plus d’humanité, mais pire encore, les autres espèces animales et les végétaux seront touchés. La grosse cata. L’agence de voyage spacio-temporelle Prizoners nous l’a annoncé. Mais elle nous a aussi donné un moyen de sauver la Vie. Nous avons été envoyées au XXIIème siècle dans une station de recherche abandonnée, où un scientifique, le professeur Storm, travaillait sur un antidote à ce terrible virus. Il a disparu, donc c’est à nous de faire tout le boulot : recomposer l’antidote et le diffuser. Mais, bon, on a l’habitude maintenant.

Une opération suicide ?

Ça paraît bien être le cas, nous avions 70 minutes max pour rentrer dans le labo, faire la job et la diffuser. C’est peu de temps. D’autant que pour nous, rentrer dans la station de recherche a été assez laborieux. Nous avons mis un certain temps à voir le petit détail qui fait la différence. Mais cela nous a permis de faire la connaissance d’Alice, avec qui nous avons beaucoup copiné. C’est qu’elle a beaucoup d’humour pour une Intelligence Artificielle ! Super réactive, connaisseuse de la station sous toutes ses terminaisons électriques, elle pouvait être d’une grande aide à notre équipe. Nous ne nous sommes donc pas privées de communiquer fréquemment avec elle.

Je tiens d’ailleurs à préciser qu’il n’a pas été évident de mener notre mission à son terme. Les éléments dont nous avions besoin étaient protégés dans des espaces verrouillés par des codes. Tout autour, nous voyions des parcelles de données, nous mettions la main rapidement sur de nombreuses bribes d’informations, mais il fallait les utiliser dans un certain ordre, au fur et à mesure, code après code. Déterminer l’ordre de progression et d’utilisation des informations fut donc une tâche assez délicate. Sans cela, les énigmes nous ont semblé être des assemblages logiques et relativement simples.

 

PRIZONERS PARIS ESCAPE GAME COPY CARBON SALLE 1

 

Ainsi, étape après étape et sous l’œil attentif de notre chère Alice, nous avons eu accès à LA molécule et au laboratoire que nous recherchions. Pour se faire, nous avons utilisé des technologiques de pointe pour notre époque, mais qui, semble-t-il, seront assez courantes dans le futur. Telles nos petites lampes U.V. qui permettent de dévoiler l’encre invisible, les outils high-tech seront utilisés dans le même but : faire apparaître des éléments indispensables à la progression. Nous, humbles humaines du XXIème peu habituées à la chose, avons beaucoup apprécié y être confrontées, d’autant que le rendu était réussi.

Une fois la porte du laboratoire ouverte, nous avons été considérablement plus rapides. Il me semble que cela est dû au contraste saisissant que l’on peut ressentir entre les lieux. La station était froide, blanche, lumineuse, donnant une impression un peu aride. Au contraire, le laboratoire, malgré son état, se montrait beaucoup plus accueillant, car il était plus sombre et contenait surtout des machines à actionner et manipuler. Nous y avons donc été très active et moins dans la réflexion pure.

J’ai une très bonne nouvelle. Nous avons réussi à envoyer l’antidote dans l’atmosphère. Par contre, nous allons mourir. C’est Alice nous l’a dit. Subitement, alors que nous venions juste d’accomplir notre mission, elle est apparue en chair et en os dans le labo, pour nous annoncer ces deux nouvelles. C’était donc bien une opération suicide.

 

PRIZONERS PARIS ESCAPE GAME COPY CARBON SALLE 2

Une opération réussie ?

« Carbon Copy » est la nouvelle salle de Prizoners Paris. L’enseigne propose un scénario inédit et ses nouvelles énigmes, mais a gardé tels quel les espaces de Palais de l’Élyseum. Nous avons été accueillies par une game master très sympathique et dynamique, passionnée d’escape games, avec qui nous avons donc pas mal échangé pendant notre jeu. Est-ce la fatigue de fin de journée, le niveau de salle, ou les deux cumulés, mais tout en optant pour un jeu de 70 minutes (on peut durcir le niveau en choisissant de jouer 60 minutes), nous avons souvent fait appel à elle et nous réussîmes notre mission à 3 minutes de l’issue fatale. Ce n’est donc clairement pas une salle pour débutants.

Côté ressenti, nous avons un sentiment assez ambivalent. Nous y avons passé un très bon moment, et mise à part une énigme, l’ensemble des casse têtes étaient plaisants à résoudre. L’utilisation des nouvelles technologies nous a plu. Mais nous avons été surprises qu’aujourd’hui, une nouvelle salle propose de chercher des codes et de manipuler des papiers plastifiés. Cela gâche l’immersion, à l’heure, où justement les enseignes travaillent énormément l’intégration des énigmes au décor. Mais tout comme il n’y a pas un profil de joueurs d’escape games, il n’y a pas non plus un seul profil de salles.

Découvrez davantage Prizoners

Lien vers interview concepteurs d escape games