Escape game leave in time

Leave in time : La croisière infernale

A la base, vous étiez là pour prendre un bon bol d’air et de brise marine. Embrumés par l’air pollué de Paris, vous aviez grand besoin d’une pause azuréenne. Alors, vous avez fait péter la tirelire pour une croisière grand luxe, sorti votre maillot de bain des grands jours, crème solaire et Mercalm. C’était le calme plat, l’Ennui total et puis, survint le drame. Chouette de l’animation !

 


On a tous cherché 4 fois PARTOUT et on n’trouve pas
 

Ah, vous aurez du travail pour ne pas finir tués par asphyxie en immersion dans la mer. Vous n’êtes plus là pour un voyage de plaisance. En premier lieu, la fouille vous donnera quelques fils à retordre. Un conseil, que chaque membre de votre équipage fouille, fouille et refouille. L’équipe de Leave in time a été très vicieuse et si vous ne suivez pas mon conseil, vous sortirez peut-être en vous disant que des éléments importants vous sont passés sous le nez.

Il ne manque que la vue sur la mer

Nous avons trouvé la décoration plutôt bien soignée. Nous nous sommes vraiment sentis dans un grand bateau au large. Les objets à manipuler sont authentiques et ont beaucoup d’allure. Chaque salle amène à agir pour le sauvetage du navire, donc à des endroits différents du paquebot, tous reconstitués avec le sens du détail. Même certaines proportions semblent respectés. Attention au plafond bas, l’un des membres de notre équipage l’a rencontré de très près ce qui l’a pas mal sonné durant plusieurs minutes.

 

Et bien non, ce n’est pas Arnaud qui s’est cogné malgré sa taille

 

De bonnes énigmes à bâbord comme à tribord

Les énigmes sont assez classiques, que ce soit les recherches de code ou les manipulations, mais ça ne se sent pas, car tout au long de cette croisière infernale, tout est très cohérent. De plus, l’ambiance s’intensifie au fil des minutes, ce qui rajoute son sel de mer au périple.

Mais attention avant de jouer les héros, le niveau général de l’escape game est plutôt difficile, car les énigmes sont malines et demandent d’avoir un bon esprit d’analyse et tous les éléments en main. C’est plutôt intense, d’autant que l’on est amené à faire de nombreux aller-retours entre les salles. Vieux loups de mer ! Cette salle vous plaira sûrement pour son dynamisme, son intensité, et le soin accordé à ses décors.

Leave in time : le temps d’un naufrage

L’accueil fut sympa et très enthousiaste. La game master a été aux petits soins. Par contre, nous regrettons que le moyen de communication soit un écran non intégré au décor alors qu’il aurait été possible de le fondre dans le scénario (le game mastering de Titanic de Majestic nous a séduit par son originalité).

L’enseigne nantaise a ouvert sa succursale parisienne en janvier 2018. Elle compte 4 salles à Nantes, dont « La croisière Infernale », seule salle parisienne pour le moment.