Bloody mary

Missions Morpheus : Bloody Mary

Faire un voyage dans le temps, en Transylvanie, c’est un beau programme. Boire un Bloody Mary dans un bar de vampires pacifiques, c’est plutôt cool. Tenter de sauver un agent secret. Pourquoi pas. Par contre, se retrouver menottés dans une chambre froide, c’est bof. On en a vu d’autres, c’est vrai, mais quand même. La prochaine fois, j’apporterai ma gousse d’ail.


Instants volés du quotidien d’un vampire ordinaire

Un beau mélange de saveurs

Missions Morpheus s’est inspiré de l’univers esthétique de Tim Burton pour la salle Bloody Mary. Ni le bar, ni la chambre froide ne m’ont donc glacés le sang car nous ne sommes pas du tout dans un univers horrifique, éclairé à la chandelle et meublé de tombeaux. Nous déambulons plutôt à travers des salles à la déco un poil cartoon.

D’un point de vue scénaristique, ça se tient. Nos vampires sont depuis longtemps sortis de la clandestinité et vivent paisiblement leur petite vie nocturne, tranquille et pacifique. Ce sont donc des vampires modernes qui fréquentent des lieux semblables aux nôtres. J’ai plutôt mordu à ce concept que je trouve rafraîchissant. Mais revenons à nos chauves-souris, nous commençons donc enfermés dans la chambre froide d’un bar et il va falloir s’évader et comprendre pourquoi nos si gentils vampires deviennent soudainement si désagréables.

Vous connaissez le Cercueil, ce cocktail d’énigmes?

Faisons la lumière tout de suite sur un point crucial, Bloody Mary est de niveau difficile. Chacune de ses salles fait appel à des façons de penser très différentes et demande de s’adapter à des logiques particulières à chaque étape. Ainsi, vous aurez beaucoup de travail et une bonne organisation d’équipe est nécessaire pour gagner de précieuses minutes. Devoir tantôt faire preuve de beaucoup d’habilité, tantôt d’esprit scientifique, tantôt d’observation minutieuse et de déduction logique, pour remplir des objectifs très différents dans chaque salle, n’est pas une mince affaire. Mais ce n’est pas un chemin de croix pour autant car les énigmes de cet escape game sont très variées. Nous n’étions pas vraiment au vent de cela, donc nous n’avons pas fini dans les temps !

Avouons-le, ici à Montréal, contrairement en France, les enseignes d’escape game ne cherchent pas du tout à te faire gagner à tout prix !

Bloody Mary chez Missions Morpheus

La première salle est quasi linéaire, ce qui demandera à une partie de l’équipe de patienter pendant que l’autre termine son action, et inversement. Néanmoins la suite de l’aventure dispose d’énigmes à résoudre en parallèle. Cela nous a donné le sentiment de tâtonner un peu hasard à certains moments en cherchant les liens entre les éléments découverts. Vous aurez également à manier bon nombre d’objets très disparates avec intelligence et finesse pour avancer dans le jeu et/ou ne pas passer à côté d’un code.

Missions Morpheus : une couverture en technicolor

Le scénario est déjà bien développé avant d’entrer dans la salle. Et pendant l’escape game, nous découvrirez des informations cruciales qui vous aideront à progresser pour vous échapper.

Mais tout cela, nous n’étions pas censés en parler, Missions Morpheus nous l’a prestement indiqué : nous étions en mission secrète ! Ou plutôt un entraînement d’agents. Le brief à ce sujet est très original avec accessoires et beaucoup d’humour. Le maître du jeu incarne parfaitement son rôle et comme la couverture de cette base sécrète est un hall de cinéma, pour plus de réalisme, votre hôte vous offrira  eau et pop corn. Je veux dire du vrai pop corn qui pop dans la machine et non un déballé d’un sachet en plastique. Maintenant entrez dans le film de votre aventure !