Sauve qui peut : le bar clandestin

J’adore ce quartier de New York, Lower Manathan… et j’aime aussi beaucoup le jazz. Je vais essayer de ne pas me laisser trop distraire par le band, car nous avons à faire. Nous infiltrer dans ce bar aux activités illicites n’est pas évident. Nos collègues n’ont pas encore réussi à accéder au backstage de ce haut lieu du banditisme. Mais nous autres, nous y rentrerons et nous coffrerons son chef, le fameux Tony. Ce soir est le bon soir.

La thématique peut donner une impression de déjà vu, on imagine un bar, des tables de jeu, une ambiance boisée. Sauve qui peut est allé beaucoup plus loin en développant le sujet avec beaucoup d’inventivité. On commence à l’extérieur avec de petites manipulations très sympa et survint la première blague. Car oui, non seulement, cette salle est bien étoffée en énigmes et en étapes, mais cerise sur le gâteau, elle regorge de blagues et de rebondissements.

 

Plongeon fatal dans l’immoral

Le bar clandestin est une progression dans la décadence. Étape après étape, vous découvrirez que les activités illicites de ce bar sont de pire en pire. Car disons-le tout de suite : cet escape game n’est pas du tout de type familial. On retrouve le principe d’interdit intrinsèque à la prohibition : la salle est interdite au moins de 18 ans.

Alors justement, on vous demandera de faire des choses de moins en moins morales jusqu’à une manipulation plutôt extrême qui pourrait gêner certain.e.s. Cette étape est sans doute le point fort de cette salle, car il occasionnera beaucoup de fous rire. On est face à une thématique que l’on ne croise pas souvent dans les escape games, et cela va forcément marquer les esprits des joueurs. De mon côté, j’ai plutôt été très séduite par d’autres points forts de la salle comme son début de jeu en mode cambriolage et son déroulement global, rythmé par de nombreux effets de surprise.

 

escape game Quebec

 

Ce polar dont vous êtes le héros

Le bar clandestin est aussi une aventure. Le soin accordé à la bande sonore composée de bruitages, renforce l’immersion et apporte une touche cinématographique. Les décors en eux-mêmes sont soignés et des trompe-l’œil permettent d’agrandir l’espace et de donner vie au lieu. Les cachettes et les manipulations sont vraiment inventives, Sauve qui peut a très bien optimisé son mobilier et ses espaces.

Tout au long de l’heure, nous avons également rencontré beaucoup d’humour et des énigmes très plaisantes autant à découvrir qu’à résoudre (exception peut-être de celle très particulière qui marquera les esprits).

 

3 indices, pas plus

Sauve qui peut apporte un petit plus à ses salles. Pour gagner, il faut sortir dans les temps, mais avec 3 indices maximum. Au-delà, la salle est considérée comme perdue. Comme nous avons joué à deux, autant dire que nous avons perdu les salles au niveau intermédiaire et difficile. En tout cas, notre game master a été très attentive, ce fut un plaisir de rencontrer une personne aussi dynamique et passionnée par son travail.

Sauve qui peut a deux succursales : l’une à Saint Jean de Richelieu, l’autre au plein centre de la ville de Québec. Dans celle-ci, nous avons eu l’occasion de jouer 3 salles, nous chroniquerons la suite d’ici peu.